Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

www.justicecontresaaq.com

obtenir justice de la saaq, tout un défi

Jurisprudences «   SOINS REÇUS «  

primauté opinion médecins traitants

les multiples avis et soins de plusieurs médecins traitants ont primauté sur l'avis du médecin de la saaq

 

[73]Enfin, le Dr Brault, physiatre consultant et témoin expert de la requérante, explique clairement pourquoi il y a aggravation à partir de juillet 2002. À son tour, il admet que les traitements qu’il préconise ont un effet plutôt palliatif que curatif à proprement parler. Cependant, il les croit toujours opportuns et même nécessaires. De plus, il dit pourquoi la requérante ne peut pas travailler comme réceptionniste-téléphoniste depuis son aggravation du 25 juillet 2002. Là-dessus, en lisant la décision de première instance du 18 mars 2003, le Tribunal estime qu’il a compétence pour se prononcer sur la capacité de travail depuis l’aggravation et ce, même si la décision en révision ne dit à peu près rien à ce sujet. Cependant, étant donné qu’il s’agissait d’un des éléments de la décision de première instance, le bureau de révision avait le devoir d’en disposer. Le Tribunal le fera donc à sa place.

[74]À l’encontre de la position de la requérante, de son médecin traitant et de son physiatre expert, il y a l’avis de l’orthopédiste expert de l’intimée. Ce médecin a sans doute droit à son opinion surtout lorsqu’elle est fondée sur des considérations médicales. Cependant, le Tribunal estime que son avis vise uniquement les victimes « idéales » qui guérissent selon les meilleures normes médicales, dans les temps normalement requis et sans nécessiter de traitement particulier. Ce n’est pas le cas de la requérante.

télécharger ce jugement en format .pdf